Collin Cameron cinquième d’une éprouvante course de ski de fond assis

« Au fil de la course, j’ai réussi à me détendre et ça m’a permis d’aller un peu plus loin »

Au lendemain de sa médaille de bronze historique en biathlon, le Canadien Collin Cameron était de retour en piste dans l’espoir de mettre la main sur une autre médaille, mais cette fois, c’est au pied du podium qu’il a terminé en prenant la cinquième place de la course de 15 km en ski assis lors des Jeux paralympiques d’hiver PyeongChang en Corée du Sud.

Pour ses premiers Jeux paralympiques, l’athlète de Sudbury, Ont. a dû composé avec le temps doux et la neige molle du Centre de biathlon d’Alpensia pour réussir un temps de 43:40.9 sur la distance intermédiaire de l’épreuve de ski de fond.

« La neige était vraiment molle, mais les skis étaient quand même rapides. Hier et aujourd’hui, les skis ont été excellents et les techniciens ont fait un excellent travail dans la salle de fartage », se réjouit l’athlète de 29 ans.

« Aujourd’hui, le but était de réussir un départ solide, d’être à l’aise et de me débarrasser des petites erreurs d’hier parce que c’était très serré. »

Le puissant Canadien a fait son chemin sur les pentes ascendantes et descendantes qui menaient les meilleurs skieurs assis au monde dans le stade rempli de spectateurs enthousiastes venus encourager la crème du sport. Les fondeurs devaient compléter la boucle de trois kilomètres à cinq reprises.

« Au fil de la course, j’ai réussi à me détendre et ça m’a permis d’aller un peu plus loin » dit Cameron, qui est devenu hier le premier Canadien à remporter une médaille paralympique en biathlon assis chez les hommes.

« C’est difficile de passer du biathlon au ski de fond. Le rythme et l’état d’esprit sont complètement différents. Hier, je n’y pensais pas vraiment (à gagner une médaille), je voulais seulement poser les fondations pour le reste de la semaine. C’était différent aujourd’hui et je suis content d’avoir bien performé. »

Le grand vainqueur de l’exigeante épreuve est l’Ukrainien Maksym Yarovyi qui a réalisé un temps de 41:37.0. Déjà médaillé d’or de l’épreuve de biathlon en ouverture de compétition, l’Américain Daniel Cnossen a ajouté une médaille d’argent à sa récolte, dimanche, grâce à un temps de 42:20.7. La médaille de bronze est revenue au Coréen Eui Hyun Sin qui a fait le bonheur des spectateurs. Il a arrêté le chronomètre à 42:28.9.

Deux autres Canadiens se sont taillé une place dans le top 10. Chris Klebl, de Canmore, Alb., a pris le huitième rang avec un temps de 43:54.0 et Derek Zaplotinsky, de Smokey Lake, Alb., a récolté une deuxième neuvième place en autant de jours en ralliant la distance en 44:03.7.

Sébastien Fortier, de Québec, a terminé au dix-huitième rang (46:26.0), le jeune Ethan Hess, de Pemberton, C.-B., au vingt-quatrième rang (52:14.6) et Yves Bourque, de Bécancour, Qc, au vingt-cinquième rang (52:31.7).

Le Canada avait également une compétitrice sur la ligne de départ du 12 km assis. Pour sa première compétition internationale d’envergure en ski de fond, la joueuse de basketball en fauteuil roulant et paralympienne Cindy Ouellet de Québec s’est classée au dix-huitième rang avec un temps de 49:24.7.

« C’était très difficile et la neige était molle », raconte Ouellet. « C’est ma première course de plus de cinq kilomètres et ce n’était pas facile. Au basketball, on arrête et on repart tout le temps, mais les sports d’endurance sont très différents. J’ai seulement besoin de faire plus de courses. »  

L’Américaine Kendall Gretsch a été couronnée championne paralympique en semant ses adversaires pour arrêter le chronomètre à 38:15.9.

Les Canadiens Brian McKeever, Mark Arendz, Emily Young et Brittany Hudak ainsi que le reste des meilleurs athlètes paralympiques debout prendront place sur la ligne de départ lundi pour les courses de 15 et 20-kilomètre en ski de fond.