Le diagnostic de Crohn ne dissuade pas la championne paralympique canadienne

La skieuse para-alpine Mollie Jepsen, de Whistler, en C.-B., est habituée à surmonter les défis physiques.

(Par le Comité international paralympique) La skieuse para-alpine Mollie Jepsen, de Whistler, en C.-B., est habituée à surmonter les défis physiques. Cela vient avec le territoire quand vous passez du temps à dévaler les montagnes à des vitesses jusqu’à 100km/h, mais rien n’a vraiment préparé la championne paralympique 2018 du super combiné debout pour le plus récent obstacle qui s’est installé sur sa route: la maladie de Crohn.

« J’ai eu quelques années difficiles avec les blessures et j’ai senti que j’ai toujours pu les surmonter d’une pas mal bonne manière », a dit Jepsen qui, depuis 2011, a subi une main fracturée, deux ligaments antérieurs croisés (LAC) déchirés dans un genou et une fracture d’une cheville. « Mais dans cette situation, je ne sais pas comment me guérir.

« La majorité des athlètes croient que si vous y mettez le travail acharné, cela vous rapportera, mais j’ai eu la capacité de travailler fort qui m’a été retirée. C’est maintenant plus une bataille mentale, de confiance. »
La Canadienne de 19 ans a été diagnostiquée avec la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire de l’intestin, en septembre 2018, après qu’elle soit revenue d’un camp d’entraînement estival au Chili avec de graves douleurs à l’estomac et avoir passé plus de six semaines à entrer et sortir de l’hôpital. Elle est maintenant de retour sur les pentes, gérant la douleur et tentant de s’ajuster à sa nouvelle réalité.

Lire l’histoire complète