L’équipe nordique du Canada fête une journée de trois médailles aux Jeux paralympiques d’hiver

la plus jeune athlète d’Équipe Canada skie vers une médaille de bronze.

 

Le ski paranordique du Canada a connu la journée la plus productive de son histoire aux Jeux paralympiques d’hiver en fêtant trois athlètes qui sont montés sur le podium, en plus d’un autre trio de ratés de peu, mercredi, à PyeongChang, en Corée.

Le Canadien Brian McKeever a gagné la médaille d’or du 1,5 kilomètre de ski de fond de vitesse pour la déficience visuelle aux Jeux paralympiques d’hiver 2018.
C’est la 12e médaille d’or dans la riche carrière de McKeever et sa deuxième à Pyeongchang. L’athlète de 38 ans de Canmore, en Alberta, possède maintenant 15 médailles paralympiques et est devenu le paralympien d’hiver le plus décoré du Canada plus tôt à ces Jeux.

« Ces courses de vitesse sont misérables. Elles sont très difficiles. Les jeunes coureurs sont rapides et ont une détente naturelle », a dit McKeever après une journée épuisantes sous le soleil chaud et les conditions de fortes neiges. « Il y a tellement de stress dans la course de vitesse et cela dure toute la journée. Je suis beaucoup plus à l’aise avec les distances plus longues. Mais cela a été une excellente journée pour nous. Russell a fait le travail pour nous aujourd’hui et je suis simplement enchanté que nous ayons pu franchir la ligne d’arrivée en premiers. » 

McKeever, qui a gagné les trois courses de vitesse depuis que l’épreuve a été ajoutée au programme paralympique en 2010, a skié à double-bâtons pendant toute la course avec le guide Russell Kennedy (Canmore, Alta.) dans la vitesse. 

« Cela était difficile et j’ai beaucoup souffert », a dit Kennedy, âgé de 26 ans. « Nous avons été un peu plus stratégique en demi-finale parce que nous savions que la finale serait serrée et elle l’a été. Cette première pente fait très mal. Quand j’ai pu m’arrêter, j’ai pu me calmer et je me suis dit 'ok, tu l’as'. »

Kennedy a aussi joué un rôle important pour conduire McKeever sur la plus haute marche du podium dans la course de longue distance de lundi quand les Canadiens ont utilisé une stratégie avec deux guides avec Graham Nishikawa (Whitehorse). 

Nishikawa s’est joint à McKeever sur le podium pour cette course. Kennedy goûtera pour la première fois à l’or lors de la cérémonie des médailles de mercredi.

« C’est une nouvelle expérience pour moi – spécialement après les Jeux olympiques où la concentration est toute sur vous-mêmes. Brian est tellement un solide athlète et le guider exige beaucoup plus de communication. Concourir ici aux Jeux paralympiques est vraiment gratifiant parce que vous faites cela en équipe. Il est difficile par moments de savoir si je vais trop fort ou s’il a besoin que j’aille plus vite, mais je me suis beaucoup amusé. »

McKeever a une possibilité de réussir un « triple-triple » avec une médaille d’or au10 km masculin; il a gagné les trois courses individuelles masculines — vitesse, 10 km et 20 km — aux Jeux de Vancouver et de Sotchi et il en est aux deux-tiers à Pyeongchang.

Plus tôt, Mark Arendz a terminé à égalité pour la médaille de bronze dans une excitante fin de course dans la finale de la vitesse masculine debout.

C’est la première médaille en carrière en ski de fond paralympique pour l’athlète de 28 ans d’Hartsville, dans l’Î.P.-É., qui a déjà remporté une médaille d’argent et une de bronze en biathlon à ces Jeux. Arendz a aussi gagné une médaille d’argent et une de bronze en biathlon aux Jeux paralympiques de 2014 à Sotchi.

Arendz a paru avoir une chance pour la médaille d’or dans la course avant qu’Alexandr Kolyadin, du Kazakhstan, ne surgisse en tête des trois premiers pour décrocher la médaille d’or. À partir de là, le Canadien a livré une chaude lutte avec le Finlandais Ilkka Tuomisto, et les deux skieurs ont partagé la troisième place à la suite d’une photo-finish.

« Assis dans la zone de la fin en attendant les résultats de la photo-finish, j’espérais simplement une égalité », a dit Arendz. « Cela a été une vraie bonne course, mais j’ai fait une erreur dans le dernier droit en changeant de voie pour trouver une piste plus rapide et cela peut m’avoir coûté toute la course.  

« Je suis venu ici pour des médailles en biathlon et j’espérais obtenir ma première en ski de fond. Repartir avec ma première médaille de bronze en ski de fond signifie beaucoup. Je ne pourrais pas être plus heureux. »

Le décompte de médailles du Canada a encore augmenté peu après grâce à Natalie Wilkie, âgée de 17 ans. L’athlète originaire de Salmon Arm, en C.-B., a décroché sa toute première médaille paralympique dans la vitesse féminine debout, remportant celle de bronze. Ses coéquipières canadiennes Emily Young et Brittany Hudak ont terminé respectivement quatrième et sixième.

« C’est une sensation fantastique. Ce sont mes premiers Jeux paralympiques et je suis très heureuse d’avoir gagné une médaille » a dit Wilkie, qui s’est sentie à l’aise en participant à la finale avec deux autres Canadiennes. « Nous nous affrontions, mais nous nous aidions aussi les unes, les autres. Cela me calmait de les avoir là avec moi. Nous avons parlé de stratégie comme équipe avant la finale parce que notre objectif était de gagner une médaille pour le Canada. » 

Collin Cameron a terminé a seulement trois dixièmes de seconde du podium dans la vitesse en ski-assis masculin. L’athlète de 29 ans de Sudbury, en Ontario, s’est qualifié dans une égalité pour la première place pour la finale, mais s’est classé quatrième à la suite d’une intense fin de course.

« J’ai skié aussi fort que je pouvais...c’est ainsi. Je suis arrivé simplement un peu trop à court » a dit un Cameron déçu. « C’est fantastique que j’aie gagné une médaille cette semaine en biathlon. Je ne m’y attendais pas, mais c’est derrière moi. Je voulais vraiment quelque chose ici. C’était la course dans laquelle je voulais une médaille. C’était serré. »

Chris Klebl (Canmore, Alta.) et Derek Zaplotinsky (Smokey Lake, Alta.) ont tous deux terminé sixième dans leur demi-finale respective et ne se sont pas qualifiés. Sébastien Fortier (17), Ethan Hess (27) et Yves Bourque (29) n’ont pas franchi la ronde de qualification; dans la vitesse féminine de ski assis, Cindy Ouellet ne s’est pas qualifiée pour les demi-finales, se classant 17e.

Les meilleurs athlètes paranordiques auront une journée de congé avant la dernière course de biathlon des Jeux qui aura lieu vendredi.