Nathan Riech conquiert d’abord Berlin, puis Ottawa

Nathan Riech conquiert d’abord Berlin, puis Ottawa

 

OTTAWA – Le paracoureur Nathan Riech a montré pourquoi il a établi deux records du monde la fin de semaine dernière au Grand Prix de Berlin avec une impressionnante victoire, mercredi soir, au 1500m masculin en para-athlétisme aux championnats canadiens d’athlétisme 2018.

Avec la chaleur et l’humidité oppressantes qui enveloppent la Capitale nationale et débarquant tout juste de l’avion en provenance d’Europe, Riech a tout de même inscrit un temps de 4:00,45 minutes pour résister à une forte opposition de Guillaume Ouellet, de Victoriaville, deuxième en 4:02,52. »

« Je suis définitivement fatigué après être revenu hier soir, mais c’est ce que j’ai voulu faire toute ma vie donc j’en profite », a dit Riech. « Mon objectif est de gagner une médaille d’or paralympique et vous devez courir dans toutes les situations et toutes les conditions pour y parvenir. »

Riech a des antécédents familiaux impressionnants. Cela inclut sa mère Ardin Tucker, une ancienne championne canadienne de saut à la perche et son père Todd, qui a participé aux Jeux olympiques de 1996 pour les É.-U. au javelot. 

Son grand-père est l’ancien joueur de la LNH Jim Harrison.

« Mon grand-père m’appelle après chaque course et il est très impliqué », a dit Riech, un gradué en communications. « Je suis allé avec lui à une compétition l’an dernier et c’était vraiment bon d’avoir cette expérience. Il me soutient vraiment et je lui rends souvent visite. »

Malgré tout, sa mère est la plus grande influence dans la vie de Riech. Il a subi une blessure au cerveau à 10 ans quand il a été frappé par une balle de golf. Il est paralyse du côté droit de son corps.

« Ma mère m’a conduit en physio pendant huit ans, trois fois par semaine », a dit Riech. « Elle a toujours cru en moi même quand les docteurs m’ont dit que je pourrais plus jamais faire de sports compétitifs. »

« Elle est la principale raison pourquoi j’ai choisi de représenter le Canada au lieu des É.-U. »
Ouellet, le champion du monde du 5000m de déficience visuelle en 2015, était excité d’affronter face à face la plus nouvelle vedette de para-athlétisme du Canada. 

« J’étais vraiment excité d’affronter Nathan dans cette course » a-t-il dit. « Même si nous ne sommes pas dans la même catégorie, c’est une course et je voulais quand même le battre. J’avais décidé d’attendre aux 300 derniers mètres pour attaquer, mais c’était trop tard. Il était parti. C’était une excellente expérience pour moi. » 

Dans les courses de 5000m en fauteuil roulant, Alexandre Dupont, de Clarenceville, au Québec, a gagné le titre masculin en 11:30,26 minutes tandis que Jessica Frotten, de Whitehorse, a été la meilleure chez les femmes en 12:33,45.

Dupont n’a repris l’entraînement qu’il y a trois semaines après avoir subi une blessure à l’épaule gauche la veille du Marathon de Londres au printemps quand il a fait une embardée pour éviter une voiture.

« J’y suis allé légèrement et n’ai pas poussé trop fort », a dit Dupont, médaillé d’or au 1500m en fauteuil roulant aux Jeux du Commonwealth en avril dernier. « L’épaule allait bien sauf quand j’ai commencé à accélérer et que j’ai ressenti de la douleur. »

Frotten, qui a livré une chaude lutte avec la vétéran Diane Roy, de Sherbrooke, au Québec, a admis que les conditions étouffantes ont fait de la course une des plus difficiles de sa carrière.

« C’est définitivement là », a dit Frotten, une triple médaillée le mois dernier au Grand Prix de Suisse. « Je n’avais plus rien dans le réservoir. Je me sentais comme une guimauve sur la piste. »

La compétition de para-athlétisme se poursuivra jusqu’à vendredi à Ottawa.