Paralympiens recherchés lance un nouveau chapitre dans la vie d’un joueur de hockey

Paralympiens recherchés lance un nouveau chapitre dans la vie d’un joueur de hockey

MONTRÉAL – Un accident de motoneige a laissé l’espoir de Vincent Boily avec une paralysie partielle . Samedi, il a entrepris sa recherche pour un nouveau rêve sportif à Paralympiens recherchés du Comité paralympique canadien qui a eu lieu à l’Institut national du sport du Québec.

Boily, qui a eu 18 ans la semaine dernière, jouait au hockey midget AAA pour les Vikings de St-Eustache quand l’accident s’est produit en décembre. 

« Je suis excité de m’entraîner sérieusement de nouveau », a dit Boily, originaire de Jonquière, au Québec, et qui vit maintenant à Montréal. « Cela fait du bien d’être ici. J’ai toujours été très actif et j’ai été impliqué dans les sports toute ma vie. »

Malgré le choc de l’accident, l’optimiste Boily a tourné la page rapidement de manière surprenante.

« Je crois que refaire du sport est la meilleure solution pour moi », a-t-il dit. « J’ai commencé à chercher diverses options et j’ai découvert Paralympiens recherchés dans les médias sociaux. Je fais de la physio trois fois par semaine et je travaille fort pour retrouver la forme. »
Paralympiens recherchés est une activité d’identification d’une journée conçue pour tester les aptitudes du participant pour exceller dans divers sports paralympiques et peut-être un jour représenter le Canada aux Jeux paralympiques.

Plusieurs autres personnes étaient à Paralympiens recherchés pour obtenir des renseignements sur quels sports seraient les mieux adaptés pour leur handicap.

« Ce qui est excellent avec cette activité est que cela inclut tous les sports paralympiques », a dit Allison Huether, une travailleuse hospitalière de 35 ans qui est venue en voiture de Toronto pour y assister. « J’aime le fait qu’ils ont du personnel compétent ici pour chacun des sports et qui peut vous aider. »

Huether était une gymnaste de niveau provincial et elle a pratiqué plusieurs sports avant     qu’un accident de voiture ne la laisse avec une paralysie partielle il y a neuf ans.

« Depuis mon accident je n’ai pas beaucoup été impliquée dans les sports », a-t-elle dit. « Donc je suis venue ici pour définitivement y revenir. Les sports que je faisais avant ma blessure, je ne peux certainement pas les faire de la même manière, donc je veux faire des sports que je peux adapter à ma fonctionnalité. »

Bien sûr, les observateurs les plus astucieux à Paralympiens recherchés étaient les entraîneurs des équipes nationales qui étaient tous d’accord qu’il y avait une haute qualité de talent sportif sur place.

« C’est une excellente occasion pour nous de venir rencontrer des gens, pour dépister du talent et pour avoir des occasions d’attirer des gens dans le sport », a dit Marc Creamer, entraîneur national et gestionnaire de paracanoë de CanoeKayak Canada. « Pour nous, en canotage, nous recherchons une grande force dans le haut du corps et des gens qui veulent être impliqués et atteindre le niveau suivant. »

Des paralympiens actuels étaient aussi présents pour encourager les participants. Cela incluait le médaillé des Jeux paralympiques en boccia Marco Dispaltro, les champions panaméricains de parajudo Priscilla Gagné et Justin Karn et la paraplanchiste Sandrine Hamel.

« J’aurais aimé avoir une occasion comme celle-ci quand j’ai commencé », a dit Gagné. « C’est excellent de découvrir toute une série de sports différents et de rencontrer d’autres personnes ayant un handicap physique. »

Jenny Davey, gestionnaire, développement et formation du système pour le CPC, a dit que l’activité Paralympiens recherchés à Montréal a été un succès.

« Nous savons que cela peut quelques fois être difficile pour les personnes ayant un  handicap de trouver le bon sport qui convient à leurs besoins et leur intérêt», a-t-elle dit. « Nous espérons que cette activité peut être un début pour les personnes pour apprendre ce qui existe et une manière pour les personnes de s’impliquer dans un sport qui peut les passionner. »

Les 18 participants ont été accueillis par l’ambassadeur de l’activité, Alexandre Dupont, qui a admis qu’avant son accident de motocyclette à 17 ans, qui lui a coûté une jambe, il ne faisait pas tellement de sport. 

« Aujourd’hui tout le monde voit la médaille et le fait que j’ai participé à deux Jeux paralympiques », a dit le champion en course en fauteuil roulant aux récents Jeux du Commonwealth. « Mais le sport m’a aidé à retrouver la forme. J’ai aussi rencontré ma femme par le sport et nous avons un enfant ensembles. Nous avons lancé une entreprise qui fabrique de l’équipement pour les personnes ayant un handicap. 

« Le sport peut apporter plusieurs excellentes choses dans votre vie. »