Pas une saison post-Jeux paralympiques ordinaire pour nos skieurs paranordiques canadiens

Les championnats du monde de ski paranordique 2019 prévus du 15 au 24 février à Prince George, en C.-B.

CANMORE, Alberta – Mark Arendz admet qu’avec les championnats du monde chez-nous au programme, il est plus concentré qu’habituellement pour une saison post-Jeux paralympiques.

« La première année d’un cycle paralympique est dure par moments, mais avoir un objectif clair, comme des championnats du monde chez-nous, a rendu cette année beaucoup plus facile», a dit le skieur de 28 ans d’Hartsville, dans l’Î.P.-É. Il a gagné un record de l’équipe canadienne de six médailles en ski paranordique aux Jeux d’hiver en mars d’hiver à PyeongChang.

Maintenant, sa concentration est sur les championnats du monde de ski paranordique 2019 prévus du 15 au 24 février à Prince George, en C.-B.

« J’ai hâte de maintenir le momentum des Jeux et d’aller de l’avant aux championnats du monde », a poursuivi Arendz. « Il y a une excitation globale dans l’équipe canadienne pour les championnats du monde de cette année parce qu’ils auront lieu chez-nous pour la première fois.»

La saison de la Coupe du monde débutera la semaine prochaine (12 au 19 décembre) à Vuokatti, en Finlande. Les autres étapes auront lieu du 12 au 19 janvier à Ostersund, en Suède (où le Canada n’ira pas pour se préparer pour les championnats du monde) et du 12 au 17 mars à Sapporo, au Japon.

Brian McKeever, qui est devenu le paralympien d’hiver le plus décoré du Canada de l’histoire à PyeongChang avec quatre médailles pour porter son total en carrière à 17, revient avec ses guides Russell Kennedy et Graham Nishikawa.

« Brian a paru solide cette saison en Europe dans les courses d’entraînement sans handicap et sera à l’ouverture de la saison de la Coupe du monde paranordique en Finlande », a dit le frère de McKeever et entraîneur-chef de l’équipe nationale canadienne paranordique, Robin McKeever. « Ses deux guides étaient aussi outre-mer, donc ils ont aussi pu travailler et s’entraîner ensembles.»

Les autres médaillés de PyeongChang de l’équipe nationale sont Collin Cameron, Emily Young, Brittany Hudak et Natalie Wilkie. Wilkie, de Salmon Arm, en C.-B., était la plus jeune membre de l’équipe paralympique canadienne à 17 ans et deux mois. Elle a gagné une médaille d’or, une d’argent et une de bronze aux Jeux.

Wilkie a remporté ses médailles en ski de fond et fera ses débuts en biathlon dans la première Coupe du monde la semaine prochaine.

« J’ai définitivement travaillé fort sur mon tir », a dit Wilkie, qui aura 18 ans le mois prochain. « J’ai tiré pour la première fois l’an dernier, donc je pratique encore à essayer de bien assimiler toutes les techniques de respiration et d’enlignement pour chaque tir. Je suis nerveuse pour cette course. C’est très différent.» 

Les autres à surveiller dans la compétition paranordique incluent Derek Zaplotinsky et Sébastien Fortier. Cindy Ouellet, qui a fait ses débuts aux Jeux d’hiver à Pyeongchang la saison dernière, se remet présentement d’une blessure à un poignet.