Shelley Gautier conserve sa place en or en 2018

« Je suis vraiment fière de mes réalisations. »

 

TORONTO – Shelley Gautier sait ce qu’il faut pour demeurer au sommet dans son sport. Elle a montré cet été que si une personne veut lui arracher un titre mondial, elle doit y mettre le travail.

Et présentement, cela semble être une tâche énorme après que Gautier ait produit une saison extraordinaire en 2018. Elle a balayé les courses de contre la montre et sur route aux championnats du monde de paracyclisme dans la catégorie T1 (tricycle) en août dernier et elle a fait de même dans ses trois Coupes du monde au cours de l’été. 

Une saison parfaite.

« C’est une de mes meilleures saisons à vie », a dit Gautier, maintenant 14 fois championne du monde et cycliste la plus prolifique du Canada, en cyclisme régulier ou para. « Je suis vraiment fière de mes réalisations. »

Cet été sera considéré un gros point tournant dans sa magnifique carrière. Habituellement, Gautier s’entraînait en gymnase au cours de l’hiver (de décembre à mai) puis se concentrait sur le vélo au cours des mois de courses. Toutefois, pour 2018, elle n’a jamais arrêté d’aller au gymnase, travaillant sur sa force du haut et du bas du corps et son équilibre tout l’été. 

« Le gymnase n’est vraiment pas mon activité favorite, mais il m’a montré que cela m’aide vraiment », a dit Gautier, âgée de 49 ans, deux fois paralympienne qui a gagné une médaille de bronze en 2016. « Le travail d’équilibre est pas mal délicat, mais l’an dernier aux championnats du monde j’ai chuté dans la course contre la montre. J’avais cela en tête en Italie, mais je me suis concentrée sur la route, de ne pas aller trop vite dans les virages et de pédaler fort. »

Les Jeux paralympiques de Tokyo 2020 sont maintenant sur son radar. On lui ajuste un nouvel appareil orthopédique pour la jambe et elle recevra bientôt aussi un nouvel appareil orthopédique pour le bras pour qu’elle puisse aborder les deux prochaines saisons avec moins d’inquiétudes. Gautier est paralysée d’un côté du corps après avoir été blessée dans un accident de vélo en 2001.

En plus d’être un fer de lance dans ce qui est maintenant le meilleur parasport d’été du Canada, Gautier redonne avec la Fondation de parasport Shelley Gautier. Elle fonctionne par des contrats avec des organisations communautaires dans des installations de loisirs qui permettent aux personnes qui vivent avec un handicap d’être plus intégrées dans leur collectivité.

« Je veux simplement que les personnes ayant un handicap sortent de chez-elles et soient actives dans leur collectivité », a dit Gautier, une physiothérapeute avec un baccalauréat de l’Université Western et un Bsc de l’Université de Toronto. « Et je veux qu’elles découvrent les sports merveilleux comme le paracyclisme pour qu’elles aient un style de vie saine. »

Ce style de vie convient très bien à Gautier.